Perdre leur animal de compagnie n'est pas toujours chose facile pour les propriétaires, et certains peinent même à s'en remettre pendant plusieurs mois. En France, enterrer un chien dans un jardin privatif, par exemple, est soumis à de nombreuses restrictions. Nombre de maîtres endeuillés décident ainsi de garder leur animal chez eux, sans l'incinérer, mais sous une forme plus vraie que nature. C'est le métier du naturaliste taxidermiste.

Taxidermie : quèsaco ?

Pratique souvent utilisée pour les trophées de chasse, la taxidermie consiste à conserver la dépouille d'un animal en la rendant plus vivante que réelle, du moins en apparence. Le mot taxidermie vient du grec « taxi » (arrangement, préparation) et « dermie » (peau). Si le terme est apparu en 1806, la conservation des corps (humains, animaux), elle, remonte au temps de la momification. Aujourd'hui, les taxidermistes s'intéressent particulièrement aux animaux en les empaillant dans un but pédagogique, scientifique ou artistique. Ils peuvent aussi travailler sur des oiseaux en voie de disparition, du gibier, des félins, etc. Dorénavant, les propriétaires d'animaux domestiques décédés peuvent aussi faire appel à un artisan taxidermiste pour naturaliser leur compagnon.

Combien coûte la naturalisation de son animal de compagnie ?

Les artisans professionnels en taxidermie sont encore assez rares en France, environ 400. La majorité des taxidermistes travaillent pour leur propre compte et peuvent ainsi pratiquer des prix libres en fonction de plusieurs paramètres. Le premier étant la taille de l'animal, sachant que la naturalisation d'un chevreuil environne les 140 euros contre 380 euros pour un daim. Cette fourchette peut déjà nous donner une estimation du prix de la naturalisation d'un animal de compagnie comme un chat ou un chien. Un autre critère qui peut influencer le prix de l'intervention est la distance. Le déplacement du spécialiste chez soi ne doit pas être négligé. Quoi qu'il en soit, il est conseillé de confier rapidement le corps de l'animal après le décès au naturaliste. En effet, le résultat dépend en grande partie de la l'état de conservation. Pour trouver un naturaliste près de chez vous, n'hésitez pas à consulter l'annuaire du syndicat des taxidermistes en France.


Previous Post Entretenir son jardin : comment obtenir des engrais naturels ?
Next Post Traitement du bois : tout savoir sur l'huile de lin

Add Comment