Les travaux de relooking d’intérieur visent à donner une seconde jeunesse à une pièce ou tout autre recoin de la maison. Changement de la toiture ou des revêtements des murs, remplacement de la plomberie ou du carrelage, aménagement de combles, installation d’un nouveau système de chauffage, cela concerne aussi bien les petites modifications que les gros réaménagements. Actuellement, la rénovation est aussi synonyme d’économie d’énergie et de valorisation immobilière. Pour les propriétaires, l’idéal est d’agir sur l’ensemble du logement et ainsi rénover son habitat en une seule fois. Cependant, avec la contrainte du budget et la complexité de certaines tâches, planifier un projet d’une telle ampleur n’est pas toujours évident. Voici quelques points de repère afin de mieux programmer les travaux.

Les postes de dépenses

Puisqu’un projet de rénovation d’intérieur nécessite souvent du temps et des ressources suffisantes, les propriétaires les plus avisés prendront le temps de réfléchir aux dépenses. Le plus simple sera toujours de demander conseil aux professionnels (rénovation appartement dans le 92). L’accompagnement de ces derniers sera d’une grande utilité dans la réalisation du devis. Il faut savoir que la tâche ne consistera pas tout simplement à faire une liste des travaux à faire, mais également à préciser certains aspects techniques afin de déterminer les postes à privilégier. Ainsi, l’isolation est l’un des aspects importants parce qu’elle permet d’améliorer considérablement la performance énergétique du logement. Ensuite, vous avez l’amélioration du système de chauffage à laquelle il faudra consacrer une grande partie du budget. Le réaménagement concernera aussi bien le dispositif de chauffage central du bâtiment (la chaudière) que les appareils de chauffage annexes. Pour finir, l’installation d’un système VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée), la rénovation de la menuiserie et de la plomberie sont aussi des postes de dépenses absolument à prendre en considération.

Les autorisations et les normes à respecter

Les travaux de rénovation d’intérieur sont rarement sujets à des autorisations. La demande d’un permis ne sera indispensable que si le réaménagement modifie la surface habitable disponible dans la résidence. Un projet qui aura pour effet d’augmenter cette surface de 20 m² implique une demande d’autorisation auprès du service de l'urbanisme de la mairie (le formulaire est disponible en ligne). En revanche, une simple déclaration suffira si l’agrandissent est inférieur à 20 m². La réglementation en matière de construction et de rénovation est surtout à prendre en compte en cas de travaux d’installation de combles ou ceux visant à modifier les ouvertures de la maison. En ce qui concerne les normes, la RT 2012 est l’un des principaux dispositifs à connaître. Cette règle régit les consommations énergétiques autorisées pour les bâtiments neufs. En outre, vous avez aussi les labels spécifiques tels le HPE (Haute Performance Énergétique) et le HQE (Haute Qualité Environnementale).

Les avantages fiscaux

Des systèmes fiscaux ont été adoptés par le législateur afin de permettre aux propriétaires et locataires d’alléger leurs dépenses liées aux travaux de rénovation. Les avantages peuvent varier d’un dispositif à un autre. La TVA à 10 % (ou à 5,5 %), les aides de l’Anah et le CITE (Crédit d'Impôt pour la Transition Énergétique) sont les plus recommandés.


Previous Post L'art de décorer une chambre d'amis
Next Post Utiliser une ponceuse excentrique ?

Add Comment